Logo
Logo
8 mars 2022|Environnement, Général, Politique

Réduction des émissions provenant des fertilisants – Nouvelle ronde de consultations

Le 4 mars 2022, l’honorable Marie‑Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, a lancé une nouvelle ronde de consultations en débutant par la publication d’un document de discussion. Ces consultations porteront sur la façon d’atteindre la cible nationale du Canada en matière de réduction des émissions absolues de gaz à effet de serre (GES) associés aux fertilisants, soit une diminution de 30 % par rapport à 2020 d’ici 2030. Le document de discussion est un élément clé des consultations avec l’industrie et aidera à atteindre cet objectif.

Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) a rencontré des groupes de producteurs et des partenaires provinciaux et territoriaux en 2021 pour discuter de la cible de réduction des émissions et entamer le dialogue sur la façon de travailler ensemble pour établir une approche réaliste. Les intervenants ont identifié d’importants défis et possibilités pour l’industrie, ce qui a mené à l’élaboration d’un document de discussion qui stimulera le dialogue et permettra de mieux comprendre la façon dont le Canada peut atteindre sa cible de réduction des émissions provenant des engrais azotés de 30 %. Le document de discussion sera accessible à des fins de commentaires jusqu’au 3 juin 2022.

Les émissions d’oxyde nitreux, en particulier celles associées à l’utilisation d’engrais azoté synthétique, ont augmenté de façon considérable. Voilà pourquoi le gouvernement du Canada a établi la cible nationale de réduction des émissions provenant des engrais, qui s’inscrit dans l’engagement de réduire les émissions de GES totales du pays de 40 % à 45 % d’ici 2030, comme il est prévu dans le Plan climatique renforcé du Canada et la Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité.

Le gouvernement est déterminé à atteindre cette cible de réduction des émissions grâce à une gamme de mesures stratégiques et d’approches, comme la collaboration avec les agriculteurs pour encourager l’adoption plus large de nouveaux produits et la mise en œuvre de pratiques de gestion bénéfiques, ce qui procure des avantages économiques aux producteurs et productrices agricoles et des avantages environnementaux pour la société. Un aspect important du parcours du Canada pour atteindre la cible sans compromettre le rendement des cultures nécessitera le soutien continu des intervenants de l’industrie.

Les initiatives dirigées par l’industrie, telles que le programme de la gestion des nutriments 4B de Fertilisants Canada (régie par Réseau végétal Québec pour la province de Québec), joueront également un rôle important pour promouvoir l’utilisation durable des fertilisants dans la production végétale et peuvent réduire les émissions de GES.

Au cours des prochains mois, AAC organisera des discussions virtuelles pour que les participants du Canada puissent poursuivre la conversation sur la cible de réduction des émissions. AAC consultera la population canadienne, y compris les producteurs, les transformateurs, les collectivités autochtones, les femmes en agriculture, les jeunes, les organisations environnementales, les petits secteurs émergents et d’autres intervenants et partenaires, pour déterminer la voie à suivre.


Autres articles intéressants

Environnement, Général, Politique

Consultation publique | Régime d’autorisation environnementale

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a annoncé le début d’une consultation

Environnement, Général, Politique

Octroi de fonds pouvant atteindre 182,7 millions de dollars pour réduire les émissions et améliorer la résilience aux changements climatiques

Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, a annoncé le 22 février l’octroi d’un financement pouvant atteindre 182

Environnement, Général, Politique

Déploiement de la Rétribution des pratiques agroenvironnementales : une mesure phare du PAD

Le 8 février, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. André Lamontagne, a annoncé le déploiement